politique

«Finalement, ce n’est pas un remaniement, c’est un arrangement : ce n’est pas un

remaniement au service des Français, c’est un arrangement au sein de l’UMP» a
résumé la première secrétaire, pour qui le maintien de François Fillon est «une
fin de non recevoir adressée aux Français».
>> L'intervention de Martine Aubry en vidéo : ici
Commentaire (0) Clics: 1195

Note de lecture:

 "Le quai de Ouistreham " de Florence Aubenas

aux éditions de l'Olivier

 

Dans "Le quai de Ouistreham", Florence Aubenas, journaliste au Nouvel Observateur, raconte l'expérience qu'elle a volontairement vécue en 2009 aux environs de Caen.
Pendant six mois elle s'est présentée comme demandeur d'emploi de 48 ans avec pour tout CV femme au foyer divorcée, ayant le baccalauréat et sans expérience
professionnelle. Elle décrit avec une grande sensibilité et une précision méticuleuse les galères des personnes à la recherche d'un emploi : les longues attentes dans les
agences d'intérim, l'accueil et l'ambiance sur les sites de pôle emploi. Au mieux, on lui propose des heures de travail dispersées aux quatre coins du département.
L'univers impitoyable d'entreprises de nettoyage, exigeant des rendements sans respect du code du travail.L'invisibilité des "techniciens de surface" pour les employés des
entreprises dans lesquelles ils exercent. Mais aussi, la chaleur humaine et la solidarité entre ceux que la société oublie. Tout cela constitue son quotidien qu'elle raconte,
sans porter de jugement, dans un style clair, enlevé et agréable à lire. Florence Aubenas nous plonge dans une partie de notre société contemporaine.
Commentaire (0) Clics: 1434

En pleine surenchère sécuritaire du gouvernement, Eric Kesslassy et Najat Vallaud-Belkacem proposent une « troisième voie » pour résoudre les difficultés liées à l’intégration. Elle vise à mieux prendre en compte la pluralité visible de notre société en mettant en œuvre des mesures fondées sur l’égalité des opportunités.

Débat sur l’« identité nationale », déchéance de la nationalité française, stigmatisation des Roms... Pour détourner l’attention de la pauvreté de son bilan, la droite met gravement en péril la cohésion de notre société.
Les deux auteurs de cet essai présentent une autre voie, visant à mieux prendre en compte la pluralité visible de notre société en mettant en œuvre des mesures fondées sur l’égalité des opportunités.

lire l'essai (fondation J Jaures): Pluralité visible et égalité des opportunités

Commentaire (0) Clics: 1165


Pour un Grenelle de la sécurité urbaine 
Le Monde:  21.07.10 | 13h35  •  Mis à jour le 21.07.10 | 14h13 
 
Michel Destot, maire (PS) de Grenoble, président de l'Association des maires de grandes
villes de France
Les événements qui ont touché Grenoble ces derniers jours ne sont pas un phénomène isolé.
S'il s'agit pour nous d'une triste première, combien de villes ont déjà été  confrontées à de telles situations de violence ?
 Les émeutes de l'automne 2005, dont nous  avions alors été épargnés, ne sont pas si lointaines, et la situation dans les quartiers ne  s'est pas améliorée depuis.
Ces événements ne peuvent pas être traités sans prendre en compte la crise économique et  sociale qui pousse un certain nombre de personnes à la désespérance, et la radicalisation de la  délinquance dont l'origine se trouve dans une économie souterraine liée au trafic de drogue et  d'armes, et à la recherche de l'argent facile. La société de 2010 n'est plus celle des dernières  décennies. La jeunesse et notre système éducatif sont en souffrance, les modèles ont changé,  les représentations se sont délitées et l'argent est aujourd'hui la seule référence de la réussite. Les solutions ne peuvent donc être les mêmes.
Il faut être clair et ferme. Rien ne peut justifier la violence et la violation de la loi érigées  en mode de subsistance ou de vie. Agressions, délits et crimes doivent être punis pour les  multiples dommages qu'ils occasionnent à la société, et avec la fermeté qui s'impose
 orsqu'il s'agit de récidive.
Chacun est cependant bien conscient que les problèmes de sécurité et de tranquillité  publique ne peuvent pas se régler par la présence, pendant seulement quelques jours, de  forces mobiles ou d'unités d'élite.
lire la tribune:     tribune M Destot
Commentaire (0) Clics: 1272
L’avenir des retraites concerne tous les Français et suscite des inquiétudes. De la  part des responsables politiques, vous attendez vérité, et sérieux. Alors que le gouvernement veut imposer une régression, nous avons pris le  temps de la concertation et du travail pour proposer une réforme juste, effcace,  équilibrée, qui règle vraiment les questions de fnancement dans la durée. Nous voulons une réforme qui rassure et redonne confance aux jeunes, aux actifs et aux retraités.
En 2025, il faudra avoir trouvé 45 milliards d’euros. Nous proposons plusieurs  leviers pour boucler le fnancement et pérenniser notre système après cette date. Nous nous donnons ainsi les moyens de nos objectifs : une réforme juste pour  garantir le pouvoir d’achat des retraités menacé par les réformes de la droite, pour améliorer les petites pensions et notamment celles des femmes aujourd’hui pénalisées, et pour prendre en compte la pénibilité.
Cela veut dire des efforts partagés en mettant à contribution tous les revenus, y compris ceux du capital.
Cela veut dire aussi maintenir l’âge légal de départ à 60 ans parce que c’est une justice pour ceux qui ont commencé à travailler tôt, une garantie pour les salariés usés par le travail qui souhaitent partir, et une liberté de choix pour tous  les Français.
Mais nous ne nous arrêtons pas là.
Nous proposons aussi des réformes de structure qui vont permettre, sur la base de
droits garantis pour tous, d’aller vers une retraite plus personnalisée, adaptée aux
besoins et souhaits de chacun.
Lire le document complet:
propositions Ps sur les retraites
Commentaire (0) Clics: 1213