politique

Le quotidien économique américain critique vivement la politique "cynique" et "xénophobe" du président de la République.

Si même les Américains s'y mettent... Sarkozy en ouvrant les pages du Wall Street Journal ce matin (pour l'histoire on veut croire qu'il le fait) a pu découvrir un titre assez agressif contre lui: "Nicolas Le Pen". Ce mélange entre les noms de la candidate FN et du président sortant est expliqué dans le sous titre de l'édito explique le choix : "Même d'après les critères locaux, la récente poussée de xénophobie du président français est assez cynique."

Même si il est peu probable que Marine Le Pen soit très connue aux Etats-Unis, l'attaque est assez dure envers la droitisation de la campagne de Sarkozy. Fini donc Sarkozy l'Américain ? Pourtant le "Wall Street Journal" est un quotidien national économique outre atlantique qui appartient au groupe News Corp. de Rupert Murdoch, pas vraiment soupçonné de gauchisme.

Parmi les dirigeants des cinq principaux pays européens, la chancelière allemande Angela Merkel est la plus appréciée par les citoyens européens et le président français Nicolas Sarkozy est le moins populaire, selon un sondage BVA pour le quotidien français 20minutes, réalisé en Allemagne, Espagne, Italie, France et au Royaume-Uni.

Si Nicolas Sarkozy et Angela Merkel jouissent d'une notoriété comparable dans ces cinq pays (93 % pour le premier, 92 % pour la seconde), en revanche le président français ne recueille que 33 % de bonnes opinions et 58 % de mauvaises, alors que la dirigeante allemande obtient 50 % de bonnes opinions et 41 % de mauvaises.

David Cameron, le Premier ministre britannique, est connu de 88 % des sondés et recueille autant de bonnes que de mauvaises opinions, 44 %.

Parmi les deux nouveaux venus, le chef du gouvernement italien Mario Monti est connu de 74 % des personnes interrogées et 36 % ont une bonne opinion de lui, autant que de mauvaises opinions.

L'Espagnol Mariano Rajoy est le moins connu de ces cinq dirigeants européens (63%). Il recueille 27% d'opinions favorables et 34% d'opinions défavorables.

L'enquête a été réalisée du 20 au 29 février 2011, par internet, sur un échantillon de 4 217 personnes âgées de 15 ans et plus, selon la méthode des quotas

Commentaire (0) Clics: 851

La chancelière allemande Angela Merkel et ses homologues conservateurs italien, espagnol et britannique se sont entendus pour refuser de recevoir le candidat socialiste à l’élection présidentielle en France, François Hollande, affirme le magazine Der Spiegel à paraître lundi.

Mme Merkel, le président du Conseil italien, Mario Monti, et le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, se sont «engagés verbalement» à ne pas recevoir M. Hollande, que les sondages donnent vainqueur de la présidentielle française, selon Der Spiegel. Le Premier ministre britannique David Cameron s’est joint à eux.

D’après l’hebdomadaire, les dirigeants conservateurs sont «scandalisés» par la déclaration du candidat socialiste sur une renégociation du pacte fiscal, une pièce centrale du sauvetage de la zone euro.








Daniel Vasseur

Préface de Pierre Moscovici

L’Europe est devenue « l’homme malade » de l’économie mondiale. Cette faiblesse n’avait pour­tant rien d’inéluctable : elle a été provoquée par les politiques économique mises en œuvre au niveau européen. Daniel Vasseur et Pierre Moscovici démontent point par point les choix à l’ori­gine de cette atonie européeene .

Le « déclin » économique de l’Europe et les nouveaux enjeux de la construction européenne de Daniel Vasseur, Essai publié par la Fondation Jean-Jaurès, mars 2011

Synthèse

L ’Union met-elle aujourd’hui en œuvre les trois principes énoncés par Jacques Delors : « La concurrence qui stimule, la coopération qui renforce et la solidarité qui unit » ?

La concurrence, sans aucun doute. La libéralisation au sein du grand marché intérieur et la coordination des réformes structurelles correspondent à un engagement fort et ancien de l’Union en faveur de la concurrence. En matière de solidarité, on constate également certains progrès. À l’occasion de la crise financière puis de celle des dettes souveraines, la création d’un Fonds européen de stabilisation financière, auquel succèdera un Mécanisme de stabilité financière, consacrent des avancées importantes dans le sens d’une organisation plus solidaire. Certes elles prennent forme sous l’effet de la nécessité et restent encore limitées – puisqu’il ne s’agit pas de transferts entre États ni d’un accroissement du budget ou des compé­tences communautaires – mais l’Europe a souvent fait son chemin ainsi.

S’agissant de la coopération en revanche, le scepticisme l’emporte. Pourtant, c’est d’elle que dépendent en premier lieu le dynamisme économique de l’Union à long terme, et donc en définitive sa place dans le monde de demain. Il est clair que le bilan de l’Union européenne doit la conduire à des remises en ques­tions. Non seulement l’Europe ne va pas bien, mais elle va moins bien que les autres, et ce depuis long­temps. Si la crise a été plus éprouvante dans l’Union européenne qu’ailleurs, et la reprise plus poussive, ceci ne fait que confirmer une tendance ancienne. Des experts évaluent aujourd’hui à moins de 1% la croissance potentielle de l’Union quand la croissance mondiale semble atteindre spontanément 4% et


Je voudrais exprimer  mon respect et ma gratitude personnelle au peuple Tunisien pour nous avoir rappelé, en en nous renvoyant à notre propre histoire, que la liberté et la démocratie sont des biens essentiels. Que les petitesses exprimées par Sarkosy  à propos de l'émigration ou de la justice semblent décalées!.
Ils nous rappellent aussi que chaque peuple , Tunisien ou autre  est souverain et maître de son destin , mais cela ne doit pas nous empêcher d'établir des liens fraternels solides, sincères et solidaires .
Mais il faut noter aussi que l'Afrique dans son ensemble, et pas seulement le Mahgreb,  est en proie à de profondes transformations qui ont aussi une importance par rapport à notre avenir .

L'étude de Jean-Michel Severino et Olivier Ray de la fondation JJ Jaurès traite ce sujet:
"
L'Afrique subsaharienne s’approche du milliard d’habitants. Elle devrait en
abriter près de deux d’ici 2050. Cette dynamique démographique unique
dans l’histoire de l’humanité impose un rythme étourdissant de transfor-
mations économiques, sociales et politiques au continent, comme à ses partenaires
et voisins. A la lumière de la vitesse et de l’amplitude de la métamorphose en cours,
il serait utile de porter un regard prospectif.
... "  lire la note: Méthamorphose africaine: défi pour le monde
Commentaire (0) Clics: 662