vie départementale

nouvells du département

"Nous remercions très chaleureusement les électeurs du canton de Charenton-le-Pont qui nous ont accordé leur confiance lors du 2nd tour des élections départementales, en nous accordant 35,98% des voix.
 
A Joinville-le-Pont, l’union des forces de gauche et de l’écologie nous permet de réaliser un score de 42,72% des voix, en progression par rapport aux précédentes élections locales, malgré un contexte moins porteur pour la gauche.
 
Nous continuerons à être présents et au travail sur le terrain, dans notre canton et surtout à Joinville-le-Pont, au service des citoyens et pour la réussite de notre ville.
 
Le travail continue et restons tous mobilisés pour la réussite du Val-de-Marne et de Joinville-le-Pont !
 
Alison Uddin et Jean François Clair »
 
Commentaire (0) Clics: 756

Commentaire (0) Clics: 726

Commentaire (0) Clics: 796

Mes chers Collègues,



Je me réjouis avec mon groupe, Monsieur le Président, de cette élection à la Présidence de notre département : je me félicite de voir, en cette enceinte, l'ensemble des élus de la gauche départementale se rassembler pour vous renouveler notre confiance, pour manifester son unité au service des val-de-marnais, pour réaffirmer notre exigence de construire, impulser, innover des politiques publiques au service de la solidarité, de l'égalité et de la lutte contre toutes les exclusions.
Je me félicite de ce résultat et je vous félicite de porter ce rassemblement sur votre nom.
Cette élection vient clôturer une période électorale où la division et l'anathème l'ont emporté sur l'unité, où l'exclusion, encore aujourd'hui, l'emporte sur le rassemblement.

Mon groupe et mon organisation politique, ses élus et responsables, ont depuis le début oeuvré pour cette unité et ce rassemblement de l'ensemble de la gauche départementale : nous avons oeuvré pour que le débat d'idées s'instaure entre nous, pour que nos objectifs stratégiques se rapprochent et pour qu'au delà de nos différences politiques nous puissions présenter ensemble des propositions d'actions et porter des politiques publiques en réponse aux besoins de nos concitoyens et au développement de notre territoire.

Cette stratégie n'a pu aboutir ni hier avant cette campagne ni aujourd'hui avec la mise en place de notre exécutif, au-delà de votre élection Monsieur le Président.

N'empêche, nous la considérons comme la seule qui vaille, la seule qui  présente une perspective politique capable de déboucher sur les victoires électorales dont notre pays a besoin d'urgence, dans un calendrier électoral qui démarre maintenant pour aboutir aux scrutins nationaux du printemps 2012 sans en oublier l'étape sénatoriale de cet automne.

Et nous serons, comme nous l'avons été hier, les garants de cette stratégie de l'unité ainsi que les piliers de cette volonté de rassemblement : c'est notre responsabilité, comme première force politique à gauche comme à droite, d'impulser et d'imposer cette stratégie, sans quoi l'échec sera une nouvelle fois au rendez-vous et notre crédibilité encore une fois écornée.

Soyons clair, ne nous y trompons pas, le message adressé par les électeurs est bien celui-ci, contenu aussi bien dans leur refus de vote que dans le refuge dans un vote extrémiste, démagogique et dangereux pour notre cohésion sociale et nationale.

A nous de répondre à ce désespoir citoyen en traçant une perspective d'espoir et d'avenir, en offrant une alternative à tous les échelons des collectivités, ici comme ailleurs, aux politiques de 
casse, d'exclusion, de rejet et maintenant de stigmatisation menées par le Président de la République et son gouvernement.

Et la seule réponse, je dis bien la seule voie est celle de l'union et du rassemblement : sans elles, aucun salut citoyen, aucun sursaut démocratique, aucune avancée politique.

Cette réponse est bien pour nous tous une évidence qui devrait   s'imposer naturellement dans une logique élémentaire : n'empêche, nous voyons bien tous les obstacles qu'elle rencontre, des  obstacles partisans ou idéologiques, d'ambitions ou de concurrence. Des obstacles qui nous empêchent de progresser et qu'il nous faudra surmonter, balayer si nous voulons convaincre et vaincre, convaincre pour vaincre : c'est le défi qui s'annonce à nous dès ce matin, un défi politique et citoyen, un défi de mise en perspective d'une confiance en l'action publique et en l'avenir.  
C'est celui que mon groupe s'efforcera de relever avec exigence, vigilance et responsabilité. Dans la majorité départementale comme dans son action.

Le groupe que je préside a toujours été, dans l'histoire de ce département, dans la majorité à vos côtés Monsieur le Président comme aux côtés des autres sensibilités de la gauche départementale : il continuera à l'être, en étant vigilant à ce que le rassemblement à gauche soit synonyme de diversité de la gauche, en exigeant que l'esprit d'unité ne soit pas réduit à un esprit partisan et, dans notre responsabilité, en proposant que tous les groupes qui viennent de voter pour votre Présidence, puissent participer à l'animation politique de votre majorité, à l'élaboration de nos politiques publiques et à la construction de la perspective politique dont je viens de parler.
Aucune divergence stratégique, aucune adversité tactique ne justifient l'exclusion et le rejet. Ne pratiquons pas les mêmes méthodes que celles que nous condamnons et que nous combattons par ailleurs, ne soyons pas en porte à faux avec nos valeurs et nos convictions : le respect de la diversité et du pluralisme, la richesse du débat et de la confrontation d'idées, la nécessité du dialogue et de l'écoute.

Ne tombez pas, Monsieur le Président, dans la facilité d'une vision partisane de votre rôle et de votre mission de Président. Ne vous laissez pas enfermer dans une telle posture qui vous fait justifier l’exclusion des élus du groupe « Gauche Citoyenne – Europe Ecologie Les Verts » de l’exécutif sous prétexte de leur décision de non désistement au second tour dans 3 cantons : dans le même temps, vos amis du 93 avaient le même comportement face à la majorité socialiste du conseil général et, pourtant, Claude Bartolone leur renouvelait sa confiance en les intégrant dans son exécutif. Dépassez les rancoeurs et les rancunes, appuyez vous sur ce que nous avons vécu 
pour enrichir ce que nous allons vivre ensemble. Il n’est pas question de tendre la joue, il est nécessaire de tendre la main. Je sais que vous en avez la capacité, je pense que vous en avez la volonté, j'espère que vous en avez les moyens.

Monsieur le Président, c'est le sens de notre soutien à votre candidature dès le premier tour, c'est le sens de notre participation à l'exécutif que vous allez nous proposer dans quelques minutes.

Un exécutif auquel là aussi nous participerons avec exigence, vigilance et responsabilité : l'exigence de politiques publiques modernes et solidaires, la vigilance d'être toujours mieux en réponse aux besoins des habitants et du territoire, la responsabilité que nous exercerons dans les délégations que vous nous confierez. Notre ambition est la même - continuer à construire du bien vivre et du mieux être - et nos objectifs sont convergents – réaffirmer nos priorités d'action en direction de la solidarité (l'action sociale, l'éducation, la petite enfance,...) et de la vie au quotidien (logement, transports, emploi, loisirs, environnement, énergies, ..) : la poursuite de notre ambition  et la réussite de nos objectifs ne tiendront que par la richesse de nos débats, de nos échanges et par l'amélioration de nos méthodes de travail et, là encore, nous ferons des propositions allant dans ce sens.

Vous comprenez bien, Monsieur le Président, mon groupe sera, comme il  l'a été mais encore plus, un partenaire loyal et constructif, exigent et vigilant, qui ne demande qu'à être un allié fidèle si vous vous engagez dans la  voie de l'unité et du rassemblement, du respect de la diversité et du 
pluralisme.

C'est ainsi que nous nous engageons à vos côtés pour cette mandature, en confiance et en vigilance.    
Commentaire (0) Clics: 1403


Alors sur les projets de réseaux de transport en Île de France sont toujours en cours de de débat sous l’égide de la Commission nationale du débat public (CNDP), un accord a été annoncé le 26 janvier 2011 entre la région, dirigée par Jean-Paul Huchon (Ps) et l’État, représenté par le ministre de la ville, Maurice Leroy (Nouveau centre).

On sait que deux schémas étaient proposés, le réseau du Grand Paris portés par la sociét du même nom, et ArcExpress, défendu par le conseil régional et le syndicat des transports d’Île de France (STIF). Il y avait également sur la table les propositions du conseil général  du Val de Marne, Orbival sans oublier celles d’un groupe d’architectes, réunis dans l’atelier international du Grand Paris.

Les deux projets ont donc trouvé, pour l’essentiel, un point de convergence enrichi par les autres propositions. Une seule divergence existe, sur la desserte de Saclay : la région plaide pour un bus en site propre, qui évoluerait vers un tramway à terme, tandis que la Société du grand Paris veut toujours un métro.

Mais ces divergences n’ont pas empêché qu’un accord soit trouvé sur l’essentiel, à savoir la plus grande partie du trajet du futur métro, son financement et la gestion des lignes. L’accord concerne non seulement les lignes nouvelles, mais aussi l’amélioration de l’existant, dont la ligne A du RER.

Un montant total de 32,4 milliards d'euros d'investissements sont prévus d'ici à 2025.

En ce qui concerne les futures lignes, des gares sont prévues à Saint Maur centre (où même la municipalité semble enfin comprendre l’intérêt de la desserte), à Champigny centre et sans doute vers Champigny la Fourchette, donc en limite de Joinville (ou plus près du pont de Nogent : les esquisses sont encore peu précises dans ce secteur) sur la ligne desservant Val de Fontenay.

Le hasard a voulu que la réunion publique sur le projet réseau du grand Paris, organisée à Nogent le 26 janvier, soit l’occasion d’annoncer de manière concrète l’accord. Tous les intervenants se sont montrés très satisfaits de cet aboutissement, à commencer par Christian Favier, président du conseil général (Pcf) et Jacques Martin, président de Paris métropole et maire de Nogent sur Marne (Ump).

J’ai souligné l’importance que le nouveau métro franchise la Marne en souterrain, ce que la société du grand Paris (SGP) a confirmé ; l’idée d’un viaduc au-dessus du parc du Tremblay et du coteau de Nogent semble donc écartée. Enfin, et là aussi la SGP a repris ma demande, j’ai souligné l’importance du bus Est-TVM pour mailler le territoire vers les gares du nouveau réseau.

   Benoit Willot

Ci-dessous une carte du nouveau projet, dont les travaux devraient démarrer d’ici deux ans.

   



Les débats publics

Commentaire (0) Clics: 1335