Alors sur les projets de réseaux de transport en Île de France sont toujours en cours de de débat sous l’égide de la Commission nationale du débat public (CNDP), un accord a été annoncé le 26 janvier 2011 entre la région, dirigée par Jean-Paul Huchon (Ps) et l’État, représenté par le ministre de la ville, Maurice Leroy (Nouveau centre).

On sait que deux schémas étaient proposés, le réseau du Grand Paris portés par la sociét du même nom, et ArcExpress, défendu par le conseil régional et le syndicat des transports d’Île de France (STIF). Il y avait également sur la table les propositions du conseil général  du Val de Marne, Orbival sans oublier celles d’un groupe d’architectes, réunis dans l’atelier international du Grand Paris.

Les deux projets ont donc trouvé, pour l’essentiel, un point de convergence enrichi par les autres propositions. Une seule divergence existe, sur la desserte de Saclay : la région plaide pour un bus en site propre, qui évoluerait vers un tramway à terme, tandis que la Société du grand Paris veut toujours un métro.

Mais ces divergences n’ont pas empêché qu’un accord soit trouvé sur l’essentiel, à savoir la plus grande partie du trajet du futur métro, son financement et la gestion des lignes. L’accord concerne non seulement les lignes nouvelles, mais aussi l’amélioration de l’existant, dont la ligne A du RER.

Un montant total de 32,4 milliards d'euros d'investissements sont prévus d'ici à 2025.

En ce qui concerne les futures lignes, des gares sont prévues à Saint Maur centre (où même la municipalité semble enfin comprendre l’intérêt de la desserte), à Champigny centre et sans doute vers Champigny la Fourchette, donc en limite de Joinville (ou plus près du pont de Nogent : les esquisses sont encore peu précises dans ce secteur) sur la ligne desservant Val de Fontenay.

Le hasard a voulu que la réunion publique sur le projet réseau du grand Paris, organisée à Nogent le 26 janvier, soit l’occasion d’annoncer de manière concrète l’accord. Tous les intervenants se sont montrés très satisfaits de cet aboutissement, à commencer par Christian Favier, président du conseil général (Pcf) et Jacques Martin, président de Paris métropole et maire de Nogent sur Marne (Ump).

J’ai souligné l’importance que le nouveau métro franchise la Marne en souterrain, ce que la société du grand Paris (SGP) a confirmé ; l’idée d’un viaduc au-dessus du parc du Tremblay et du coteau de Nogent semble donc écartée. Enfin, et là aussi la SGP a repris ma demande, j’ai souligné l’importance du bus Est-TVM pour mailler le territoire vers les gares du nouveau réseau.

   Benoit Willot

Ci-dessous une carte du nouveau projet, dont les travaux devraient démarrer d’ici deux ans.

   



Les débats publics

  • Aucun commentaire trouvé