vie départementale

nouvells du département

Le projet du Grand Paris, présenté par Nicolas Sarkozy, le président de la République, et Christian Blanc, secrétaire d’État à la région capitale le 29 avril 2009, prévoit une chose assez curieuse : « le prolongement du tramway T1 de Noisy-le-Sec à Val de Fontenay et au-delà jusqu’à Saint Maur – Créteil. »

Quel est l’itinéraire qui permet de relier Val de Fontenay à Saint Maur – Créteil ?

Le 29 avril 2009, le président de la République, Nicolas Sarkozy, a présenté les conclusions des travaux de son secrétaire d’État à la région capitale, Christian Blanc sur ce qu’il baptise « Le Grand Paris ».

Que faut-il en penser ?

Pour ma part, j’en pense plutôt du bien – mais je n’y crois guère.

Si l’ensemble du programme était réalisé ce serait fantastique : un nouveau réseau de transport en commun de 130 km, 70 000 logements par an (au lieu de 40 000), des projets culturels, des pôles économiques… Tout ceci est bien beau, magnifique même. Cependant, où est l’argent ? Où sont les moyens techniques et politiques pour conduire cette politique ambitieuse ?

Le conseil du STIF (syndicat des transports d’Île de France) a adopté, le 11 février 2009 le « prolongement du TVM à l’Est. »

L’instance de l’autorité chargée des transports dans la région, présidée par Jean-Paul Huchon, président (Ps) du conseil régional, a « approuvé le bilan de la concertation préalable » dont on rappellera qu’elle s’est tenue du 2 mai au 2 juin 2006.

Le communiqué du STIF indique que le conseil « a pris acte des remarques formulées lors de la concertation qui a clairement exprimé la nécessité d’une liaison entre Créteil et Noisy-le-Grand et formulé des remarques sur les conditions d’aménagement de la future ligne. »

Dans le Val de Marne, les effets du plan de relance présenté le 2 février 2009 par le gouvernement ne seront certes pas nuls. Mais ils seront pour le moins limités.

Le département est cependant concerné par quelques uns des « mille projets » devant normalement renforcer notre économie.

Alain Marleix, secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux collectivités territoriales a diffusé, le 14 janvier 2009, la liste des territoires qui perdront ou gagneront des députés. Compte tenu des nouvelles règles, un député pour 125.000 habitants contre 106.000 auparavant, le Val de Marne figure bien sur la liste des perdants.

Au total, la région Île de France perdra deux sièges (un de moins dans le Val de Marne et la Seine Saint-Denis, trois de moins à Paris, un de plus dans le Val d’Oise et deux en Seine et Marne). Le Nord Pas-de-Calais perd 5 sièges, le Limousin 3, l’Auvergne 2 comme la Bourgogne, la Haute Normandie et la Lorraine ou Poitou-Charentes. L’Alsace, la Basse Normandie, la Franche Comté et Champagne Ardennes perdent un parlementaire.