vie municipale

Le site Les élections à Joinville le Pont est un objet assez rare en France (mais des exemples comparables existent à l’étranger). Il présente, en dix-neuf pages, une base de données de la plupart des scrutins tenus à Joinville-le-Pont depuis 140 ans. Il s’agit d’un site à vocation informative, servant à l’histoire politique, sans commentaire ni analyse. Cependant, il n’échappe pas à l’actualité, avec une mise à jour à chaque nouveau scrutin au moins, et ce mois-ci avec les données des élections régionales de mars 2010.

Les votes politiques constituent la grosse part du site, mais pas exclusivement, puisqu’on trouve aussi les scrutins sociaux, comme les élections prud’homales ou les votes du personnel municipal. Les résultats des consultations pour le conseil de l’office public municipal de l’habitat, tout comme les désignations des représentants de parents d’élèves aux conseils des écoles ou des collèges sont également donnés.

Les scrutins dépassent en fait le strict cadre de Joinville-le-Pont, puisqu’on va également retrouver pour les élections législatives les informations concernant la circonscription dans laquelle la commune est incluse, notamment la 7ème circonscription du Val de Marne dans le découpage de 1986 (1988-2008).

Les votes pour les sénatoriales sont donnés à l’échelle du Val de Marne, qui est une circonscription unique.

C’est sur les élections municipales que la série complète est la plus importante, avec les noms des maires et des adjoints depuis que l’élection directe est en vigueur en France, en 1870.

Les scrutins législatifs remontent aussi, pour partie au début de la troisième république (1889), mais il manque encore quelques résultats pour que la série soit complète.

Les données sur les élections cantonales démarrent en 1881 ; cependant, elles sont assez partielles pour la plupart des scrutins.

Les élections les plus récentes (régionales, européennes, présidentielles) ne sont évidemment pas oubliées, mais les référendums non plus bien que seules les données depuis 1972 soient connues.

Des développements du site sont prévus, au-delà des compléments nécessaires après chaque scrutin. Ils concerneront d’abord les périodes les plus anciennes, depuis la révolution française jusqu’au second empire. Une description des modes de scrutin viendra également, un jour, s’ajouter aux pages actuelles sur les sigles et sur les sources en matière d’élection.

Le site Les élections à Joinville le Pont est un outil pouvant servir aux analystes de la chose publique, mais également aux chercheurs et à toute personne intéressée par se faire sa propre idée à partir de données complètes.

Pour l’améliorer, la contribution de tous ceux qui disposent de données sur les scrutins anciens est la bienvenue.

Commentaire (0) Clics: 1495

8 salariés de la société de nettoyage Oxyplus, qui a une antenne à Joinville-le-Pont, occupent les locaux de leur entreprise à Joinville (28, rue Chapsal) depuis le lundi 28 décembre. Ils vivent et dorment sur place.

Depuis le 12 octobre 2009, comme environ 5000 autres personnes en France, ils sont en grève tournante pour obtenir leur régularisation. La plupart des salariés d’Oxyplus sont d’origine malienne ; l’entreprise s’occupe de chantiers de nettoyage dans les hôtels.



Une réunion publique sur le projet de Zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville a été organisée, à ma demande, par le commissaire enquêteur, le 7 décembre 2009 en salle Prévert, dans la mairie de Joinville-le-Pont.

Prés de 200 personnes y étaient présentes pour un débat qui a donné un sentiment curieux : face à des intervenants, unanimement critiques, personne n’a réellement défendu le projet présenté.

En conclusion, le maire adjoint Jean-Jacques Gressier appelait d’ailleurs à ce qu’on lui fasse des propositions, reconnaissant que le projet pouvait être modifié.

L’ancien maire de Joinville-le-Pont, Guy Gibout est décédé lundi 23 novembre 2009, après une douloureuse maladie.

Guy Gibout naît en 1933 à Ascq (Nord). Il travaille comme ouvrier tourneur à Champigny-sur-Marne, où il adhère au Parti communiste français (PCF) en 1954. Il devient membre de la direction de la Fédération Seine-Sud, puis du Val-de-Marne. Pendant la guerre d’Algérie, il assume la rédaction du journal clandestin « Soldats de France. »

Guy Gibout devient journaliste et est nommé rédacteur en chef des deux hebdomadaires communistes qui fonctionnent dans le département, Le Réveil du Val-de-Marne et Les Nouvelles du Val-de-Marne. Après la disparition de ces publications, il intègre la rédaction du quotidien communiste l’Humanité. Il dirige également la Cité internationale de la Fête de l’Humanité.

Henri Sécail (à gauche) devant la banderole du comité.

La fête pour la réouverture du centre d’accueil de Joinville et pour le droit à l’hébergement d’urgence s’est déroulée samedi 21 novembre 2009 sous le soleil et avec la présence de nombreux élus, en plus de militants associatifs, de bénévoles d’organismes caritatifs et de citoyens en nombre.

La majorité des membres du conseil municipal de Joinville-le-Pont avait répondu à l’appel du Comité des Bords de Marne pour l’hébergement d’urgence, dont le coordinateur est Henri Sécail, ancien conseiller municipal de Joinville. On trouvait les membres de la liste Joinville en mouvement (gauche), de la liste d’Olivier Aubry (droite, Ump et MoDem), mais aussi un important contingent d’une dizaine d’élus de la majorité municipale (Ump et divers droite).

Si ces derniers étaient souvent critiques (parfois hostiles) vis-à-vis de l’initiative du comité, plusieurs d’entre eux ont cependant convenu de la nécessité pour Joinville de se mettre en règle avec la loi, qui impose à Joinville de disposer de 18 places d’hébergement d’urgence.