vie municipale

Le conseil municipal de Joinville-le-Pont se réunit en mairie le mardi 13 octobre 2009 à 20h30 ; entrée libre.

L’ordre du jour comporte des votes budgétaires, notamment l’annulation du seul investissement important prévu cette année, le transfert du centre technique municipal. La mise en place de la vidéo-surveillance dans Joinville est également au menu. Je présenterai enfin un vœu sur la question de la création de la Société du Grand Paris, au sujet de la maîtrise de l’urbanisme par Joinville dont le projet de loi pourrait nous priver.

Enfin, le groupe des élus Joinville en mouvement posera trois questions diverses. La première porte sur la société Éclair group qui contrôle notamment GTC (tirage de films de cinéma) à Joinville-le-Pont et a engagé en septembre un « plan de sauvegarde de l’emploi », un an après un plan social à GTC.

La seconde porte sur les Hauts de Joinville. Une enquête d’utilité publique pour la modification du plan local d’urbanisme se déroule du 19 octobre au 4 décembre, et il nous semble indispensable de prévoir une réunion publique pendant cette période.

Enfin, nous nous interrogeons sur les conditions de mise à disposition des gymnases de la commune aux établissements scolaires. La priorité accordée jusqu’ici aux institutions publiques semble avoir disparu ; le lycée privé Robert Schuman (ex-ITG Val de Beauté) a ainsi récupéré une grande partie des anciens créneaux horaires du collège Jean Charcot. Les cours d’ESP (sport) sont ainsi perturbés et les parents d’élèves comme les enseignants s’en plaignent.

  • Voir ci-dessous l’ordre du jour complet et les questions diverses

Par arrêté affiché le 25 septembre 2009 et signé de Jean-Jacques Gressier, maire adjoint, une enquête d’utilité publique a été lancée à Joinville-le-Pont. Elle vise la modification du plan local d’urbanisme afin de l’adapter au projet de Zone d’aménagement concerté des Hauts de Joinville. Elle se déroulera du 19 octobre au 4 décembre 2009.

Un commissaire enquêteur a été désigné par le préfet ; il s’agit de Gérard Dessier, ancien président du SAVM 94 (syndicat des architectes du Val-de-Marne).

Un registre sera tenu à la disposition des personnes voulant faire des remarques. Attention, les remarques figurant dans un des précédents registres (par exemple celui disposé en mairie depuis juillet 2009) ne seront pas forcément pris en compte.

Le commissaire enquêteur organisera des permanences à l’hôtel de ville de Joinville le lundi 19 octobre de 9h à 12h, samedi 7 novembre de 9h à 12h, le mercredi 18 novembre de 14h à 17h et le mercredi 25 novembre de 9h à 12h.

Ceux qui le souhaiteront pourront s’adresser à lui ces jours-là.

Pour l’instant, aucune rencontre publique n’a été annoncée pendant la durée de l’enquête.

À noter qu’un riverain a attaqué, devant le tribunal administratif de Melun, la délibération du conseil municipal du 30 juin 2009, qui a lancé cette procédure.


Commentaire (0) Clics: 1970

Dans mon précédent article,Le Comité de défense des riverains se renforce, j’ai utilisé à plusieurs reprises le nom « Comité de défense des riverains des autoroutes A4 et A86 », appellation traditionnelle de cette instance. Mais j’aurai dû, comme plusieurs membres me l’ont fait remarquer, signaler que le comité a changé de titre cet été.

Suite à l’assemblée générale du 3 juin 2009, le comité a choisi de se renommer « Comité de défense de l’environnement du tronc commun A4 - A86 ».

Le Comité de défense des riverains des autoroutes A4 et A86 a tenu, le 18 septembre 2009, une importante réunion à Joinville-le-Pont.

Le comité rassemblait jusqu’ici exclusivement des élus et une seule association, l’Association pour la sauvegarde de l’environnement de Polangis et du quai de la Marne (Asep). L’Asep, co-fondatrice du comité, continue de jouer un rôle important dans son animation.

Mais le comité a décidé de s’ouvrir, en acceptant les candidatures de quatre importantes associations des communes les plus concernées par la question du traitement des problèmes environnementaux autour du tronc commun aux deux autoroutes.

Le lycée d'Arsonval à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) a été le premier établissement scolaire en France à avoir fermé une classe en raison de la grippe A (H1N1) après la rentrée 2009. Lundi 7 septembre 2009, huit cas de grippe étaient relevés dans l’établissement qui accueille un millier d'élèves (dont pas mal de Joinvillais).

La classe fermée, une première ES de 36 élèves, continue malgré tout de fonctionner grâce au « cartable électronique » mis en place sur internet. Des cours d'histoire géo, de maths et de sciences économiques sont envoyés aux élèves par les professeurs. Le cahier de texte de la classe est également en ligne. Mais, selon les journalistes de l’AFP, le système ne fonctionnait pas parfaitement.

À Joinville-le-Pont, un premier cas de grippe A a été détecté lundi 7 septembre également à l’école élémentaire Bernard Palissy. L’enfant malade est écarté des cours pour 7 jours par son médecin. Selon le cabinet du maire, les associations de parents d’élèves ont été informées par et « les mesures préventives générales édictées par l’Education  Nationale et la Préfecture, ainsi que les processus de déclaration, sont suivis à la lettre. Les agents de la ville qui travaillent dans les écoles ont été formés au mois d’août à leur application. »

Commentaire (0) Clics: 1558