vie municipale

Prolonger la concession de quelques années, envisager le partage des installations sportives existantes avec les villes de l’ACTEP, négocier le partage de la concession entre Joinville et Paris, demander au futur territoire «un schéma d’investissement prenant en compte les contraintes joinvillaises». 

Ce sont les «solutions» proposées par Jean-François Clair, élu PS à Joinville, pour que la ville conserve le stade Garchery, alors que la mairie de Paris a annoncé qu’elle comptait récupérer la moitié des créneaux horaires du stade. Fin août, le maire (LR) de Joinville Olivier Dosne, a lancé une pétition afin que «ce projet soit abandonné et qu’une consultation citoyenne puisse s’ouvrir». Elle avait été signée par plus de 1 200 personnes ce mardi.

article publié par Le Parisien - site du journal
 
Commentaire (0) Clics: 627

Commentaire (0) Clics: 641

 

Commentaire (0) Clics: 641

La mairie de Joinville-le-Pont va organiser une enquête publique pour la modification du plan local urbain (PLU) de la ZAC Essilor afin de présenter les bâtiments qui remplaceront l’ancienne manufacture Cartier Lunettes.

C’est après avoir appris par un quotidien local le lancement de l’enquête publique, que l’opposition de la ville a réagi sur le sujet. Jean-François Clair, conseiller municipal d’opposition et premier secrétaire de la section du Parti socialiste de Joinville-le-Pont, s’est dit « surpris d’apprendre via Le Parisien qu’une enquête publique va être organisée ».
Interrogé à la suite de cette nouvelle, il déclare que
« le maire Olivier Dosne, avait déjà annoncé durant la campagne municipale, la création d’un complexe à cet endroit de la ville ».
Ce projet qui n’a pas été voté ni débattu lors des conseils municipaux n’est pas du goût de l’opposition gauche-écologie, toutefois Jean-François Clair « espère que lors du conseil municipal du 10 février, le sujet sera traité et voté ». Autre point soulevé par le conseiller municipal, le manque de concertation au sein de la mairie. Il déplore les décisions prises par le maire sans avoir consulté l’opposition au préalable pendant les conseils municipaux.
« Le maire ne consulte pas l’opposition, nous ne sommes jamais associés aux décisions. La logique voudrait pourtant qu’on en parle aux conseils municipaux car l’opposition apporte des valeurs »,
poursuit-il.  

Un projet contesté

L’opposition de la ville souhaite connaître les détails de ce projet. Selon Jean-François Clair,
« aucun document n’a été fourni pour être au courant de ce que la ZAC Essilor va comporter ».
Officiellement, des logements ainsi qu’une école maternelle, vont être construit mais ce n’est pas suffisant pour la gauche qui veut voir une crèche et un gymnase être bâtit à ce lieu
 « Il y a un problème de crèches dans la ville. De plus en plus de parisiens s’installent ici et les places en crèches manquent pour accueillir ses jeunes enfants. Il y a également un second gros problème. Il n’y a pas assez d’infrastructures d’équipements collectifs »,
explique le premier secrétaire de la section du PS de la ville. Selon lui, la ZAC Essilor est assez vaste pour créer un grand complexe afin de répondre aux besoins de la population qui ne cesse de s’accroitre. 

publiée dans VMTV :  http://www.vmtv.fr/Joinville-le-Pont-l-opposition-en-colere_a283.html

 

 

 

Commentaire (0) Clics: 841
Joinville-le-Pont, le 13 avril 2013
Communiqué de presse
Implantation d’une aire  d’accueil  pour les gens du voyage dans le Bois de
Vincennes : non à la stigmatisation d’une partie de la population par la
municipalité joinvillaise!


Les organisations politiques de gauche et écologiste  de Joinville-le-Pont  (PS,  PCF-Front de Gauche,  EELV, PRG)   se sont réunies pour étudier le projet d'implantation par la ville de Paris d'une aire
d’accueil de 28 places  pour les Gens du Voyage dans le Bois de Vincennes.

Elles constatent que la ville de Joinville n'applique pas la loi du 1er juillet 2000 (loi Besson) sur
l'obligation pour les villes de plus 5000 habitants d'avoir une aire d'accueil des Gens du Voyage.
Elles condamnent  fermement l'utilisation du journal municipal à des fins partisanes.

Elles dénoncent la politique de ségrégation et de stigmatisation d'une partie de la population et  une
discrimination envers les Gens du Voyage qui sont pour la plupart d’entre eux Français.  

Les organisations  PRG, EELV,  PCF-Front de Gauche  et PS  appellent la ville de Joinville au respect
des Lois Républicaines.

Elles demandent à la municipalité et au Maire de mettre fin à la campagne de signature de pétition qui
va à l'encontre du vivre ensemble et d'ouvrir des discussions avec la ville de Paris  dans le respect de
la charte du Bois de Vincennes.

Les signataires par ordre alphabétique :
Jean François Clair     Michel Laval                Yves Tamet                 Marc Verstraete
PS                    EELV              PCF- Front de Gauche               PRG
Commentaire (0) Clics: 852