Lors de sa dernière visite en Allemagne le premier ministre a indiqué

"C’est l’intérêt de l’Allemagne que nos réformes réussissent, c’est l’intérêt de la France que l’Allemagne tire la croissance de l’Europe. Et c’est vrai que nous pouvons aller encore plus loin ensemble sur le numérique ou la transition écologique", a-t-il ajouté. "Les Allemands vont aimer la France qui se réforme,  (...) ; et les Français vont aimer l’Allemagne qui s’engage pour la croissance en Europe", a ajouté Manuel Valls.

 

Nous avons eu une rentrée difficile sur le plan économique et sur le plan moral. Les socialistes s'interrogent et discutent les orientations. C'est sain mais en ce qui me concerne je fais 3 constats:

    - comme le montre le discours de Manuell Valls en Allemagne et son discours devant l'assemblée, le gouvernement est maintenant cohérent et tourné vers l'action. Cette action est prise au sérieux à l'extérieur , nos taux d'emprunt n'ont jamais été aussi bas. Malgré les difficultés économiques qui sont celles de toutes l'Europe (même l'Allemagne) le sérieux des réformes engagées devrait donner à terme des résultats.

 - malgré les interrogations , parfois légitimes, de certains de nos députés, nous devons faire corps avec les actions engagés car un choix est un choix et  il est difficile d'agir sérieusement dans une contestation permanente, sans exclure la discussion nécessaire dans notre démocratie.

- la droite par ses excès et les dernières positions de N Sarkozy permettent de relativiser les  choses et montrent que la politique menée par le gouvernement est loin d'une politique d'austérité dure comme celle que la droite mènerait et qui verrait des classes défavorisées de la nation encore plus pressurées.

 

   Ceci étant, les situations difficiles sont propices à la réflexion et le premier secrétaire du PS nous à engagé à travailler jusqu'au 6 décembre sur une redéfinition en profondeur de notre identité de parti. Si cette réflexion aboutit , comme nous l'espérons, à construire de nouvelles fondations solides, la situation politique pourrait évoluer de manière différente à ce que les forces opposées au succès de la gauche espèrent.

 

  André Mazener

 

 

 

 

 

 

  • Aucun commentaire trouvé