Tribune des socialistes joinvillais.

Cette tribune est une expression des membres de la section de Joinville.

Elle est sous la responsabilité du signataire.

 

Au plan des principes méthodologique je n'aime personnellement pas discuter d'un document qui n'est pas officiellement publié.
Le rapport vient d'être publié le 5/3/2009  je souhaite que nous ayons un franc débat sur ses orientations sur ce site.
 
Le document tel qu'il est publié :Rapport comité Balladur sur les collectivités territoriales

 les réactions du PS :
un communiqué Communiqué E. Guigou sur la réforme territoriale avec les prises de position des membres socialistes du comité Balladur.
un Communiqué de presse de la fédération PS 94 sur le comité Balladur

 Voici  les 20 propositions qui sont contenues dans ce rapport

Les universités sont en grèves et des milliers de chercheurs, professeurs et étudiants manifestent et pourtant  Monsieur le président Sarkosy, répète à l'envie que la recherche et l'innovation sont sa priorité.

Les faits démentent cette assertion. Vous pourrez voir dans la vidéo commentée faite à partir de son discours scandaleux du 22 janvier aux chercheurs les mensonges propagés . Vous pouvez consulter une analyse critique de ce discours publié par le mouvement SLR. Lisez aussi lachronique publiée par le Monde d'une chercheuse du CNRS.

La situation Israel-Gaza me bouleverse profondément. La position du Parti Socialiste   me satisfait parfaitement.
Les médias rendent compte de la guerre. C'est leur boulot, et les images de guerre sont des images de guerre. Les journalistes ne peuvent entrer à Gaza : Nous recevons donc d'une part les images diffusées par les journalistes palestiniens du Hamas et des images d'Israël faisant front derrière son armée.
Croire que tous les israéliens sont en accord avec leur gouvernement reviendrait à penser pareillement que tous les français sont sarkozistes.

Le rrésultat du vote et la suite peu démocratique
Les militants  devaient choisir entre six motions. Or, 45% d'entre eux se sont abstenus. C'est  un chiffre énorme s'agissant d'un vote interne à un parti. En outre, ce taux  ne considère pas ceux qui n'ont pas repris leur carte. Le taux de désaffection, voire de désintérêt, est de ce fait majoritaire.
Ce vote n'aura fait que des battus à l'exception de Benoit Hamon. Ségolène Royal est loin de retrouver ses scores passés. Pour Bertrand Delanoë c'est la douche et Martine Aubry n'a pas su convaincre d'un nouvel avenir possible avec des alliances complexes.
 Le PS joue son avenir. De toute évidence il doit se renouveler. Cela concerne ses objectifs, ses leaders et son fonctionnement. Sur le seul fonctionnement, que va -t-il se passer?
Le choix d'une majorité va donner lieu à des  bidouillages internes aux appareils au cours du congrès de Reims. Celui-ci laissera en interne des traces négatives dues aux  rancoeurs et donnera à l'opinion publique une image d'embrouilles. Déjà le faux débat sur les éventuelles alliances avec le modem fait rage.
Il serait plus démocratique qu'un vote des militants à deux tours s'effectue dans un délai court afin qu'une majorité se dégage au deuxième tour sur la base de seulement deux textes retravaillés. Chacun d'eux afficherait clairement celui ou celle qui deviendrait premier secrétaire à l'issue du deuxième scrutin.

Que va-t-il de se passer?
 La motion E est arrivée en tête du premier tour avec seulement  29% des suffrages exprimés. Elle est clairement, comme la motion A, celle dont le nom du candidat à l'élection présidentielle de 2012 est connu. Or, ce qui se joue maintenant c'est de savoir qui sera le Premier Secrétaire Présidentiable.
Les partisans de la motion  E disaient avant le vote que Ségolène Royal était au "frigidaire", qu'elle ne se présenterait pas au poste de Premier Secrétaire pour éviter la guerre des chefs. Cette noble attitude s'adressait aux vertueux militants et en  incitait d'autres, tout autant vertueux, à donner leur voix ; ce que firent certains. De motion en dévotion l'attente ne laissera pas venir la date de péremption que tous ignoraient d'ailleurs. Mais la vertu n'était pas du côté de leur chef. Elle  se portera probablement candidate au poste de Premier Secrétaire de crainte qu'un Peillon réussisse et soit retenu en 2012.

A cette échéance Sarkozy n'aura pas de crainte à avoir pour son renouvellement grâce à deux données qu'il saura exploiter :
 - A gauche de sa gauche le facteur Besancenot et son coolie Mélanchon
- A sa gauche, Ségolène Royal, fortement volontaire mais dénuée de la culture indispensable à l'ancrage des convictions ; plus portée à susciter l'émotion qu'à interpeller la raison.

Commentaire (0) Clics: 601

Avec l’élection de Barak Obama nos politiques ont pris un sacré coup de vieux.

Depuis la marche des beurs nos politiques de gauche sous prétexte de défendre les libertés individuelles ont défendu les minorités.

Quelle que soit la minorité elle était bonne à défendre du moment qu’elle ne parlait pas de religion.

La marche des beurs pouvait être une revendication portée haut et fort d’appartenir et de faire partie à part entière de la communauté nationale.

Par manque de réflexion on en a fait une revendication identitaire.

La Laïcité dans l’esprit des fondateurs de la république était une notion qui devait permettre d’unifier tous les français sous la bannière de la citoyenneté.

Personne n’a souligné la contradiction qu’il y a eu dans le fait que le débat sur la laïcité a profondément divisé au lieu de rassembler.